Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 18/09/2020 - 21:04

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

CHARVOZ (Charvot) Maurice (ps Julius Vindex)

negoziante



Négociant



Risultati immagini per charvoz maurice

Villette (Comune di Bagnes) VS 12.2.1865 da Maurice-Fabien e Marie-Françoise Bessé - Martigny VS 9.5.1954 (ospedale)

Novizio all'Abbazia di Saint-Maurice prima di perdere la fede, Charvoz iniziò nel 1886 gli studi di scienze a Ginevra, ma li terminerà solamente molto più tardi (dottorato a la Sorbonne nel 1926); avrebbe voluto diventare medico.

Ritornò nel suo villaggio, si sposa il 5.11.1888 e si occupa con la moglie di una drogheria. Legge molto, apprende delle lingue e scrive per diversi giornali.
Ha l'occasione si soggiornare a Parigi, Lione e Ginevra. Incontra altri studenti anarchici, particolarmente P. Stoianoff* e Max Nettlau* che, in escursione nelle montagne, si davano appuntamento da Charvoz.

È probabilmente Charvoz, o uno dei fratelli Michaud, che fondarono a Bagnes un gruppo anarchico nel 1893, con "una quindicina di contadini"; l'anno seguente la Sùreté française integra nello schedario di anarchici residenti all'estero una ventina di nomi di persone residenti nel villaggio. Charvoz fonda pure la prima società di musica, una società di mutuo soccorso nel 1895 e un gruppo del Libero pensiero. Nel 1888 il villaggio contava 18 persone "senza confessione", cosa assai rara in un cantone molto cattolico. In seguito Charvoz ha un'importante corrispodenza epistolare con Gustave Brocher*, il quale soggiornò da lui a più riprese.

Fu pure tra i fondatori nel 1908 dell'Ecole libre di Bagnes "L'educazione religiosa tendeva - come per Elisée Reclus - a formare dei centri abitudinari e persino reazionari in cui si organizza mediante ripetizioni imbecilli e anche mediante un insegnamento perverso, un esercito o almeno una baraonda già ostile al progresso". Con l'insengante Alphonse Michaud accoglie inizialmente bambini ritirati dal collegio cattolico, come pure delle bambine, con grande scandalo degli ecclesiastici del posto. Grazie al sostegno dei massoni, questa scuola potè vivere fino al 1943.

Fu membro del municipio del suo comune dal 1909 al 1916, deputato liberale poi socialista nel Gran consiglio del Vallese dal 1925 al 1933.

 

-------------- Per altre notizie archivi, opere ecc. vedi scheda in francese.


 


Né le 12 février 1865 à Villette (commune de Bagnes, Valais, Suisse), mort le 9 mai 1954 à l’hôpital de Martigny (Valais).

Novice à l’Abbaye de Saint-Maurice avant de perdre la foi, Maurice Charvoz (parfois orthographié Charvot) entreprit en 1886 des études de sciences à Genève, mais ne les termina que beaucoup plus tard (doctorat en Sorbonne en 1926) ; il aurait voulu devenir médecin.

Il revint dans son village où il se maria le 5 novembre 1888 et tint malgré lui l’épicerie-droguerie, en compagnie de son épouse, tout en lisant beaucoup, en apprenant des langues et en écrivant pour divers journaux. Il eut aussi l’occasion de séjourner à Paris, Lyon et Genève. Il y rencontra d’autres étudiants anarchistes, en particulier Paraskev Stoianoff*, et peut-être Max Nettlau. Tous deux, lors de leurs longues excursions en montage, se donnaient rendez-vous chez Charvoz ou y faisaient étape.

C’est probablement Charvoz, ou l’un des frères Michaud, qui fonda à Bagnes un groupe anarchiste en 1893, avec « une quinzaine de paysans » ; l’année suivante, la Sûreté française intègre dans l’État des anarchistes résidant hors de France une vingtaine de noms de personnes résidant dans le village, avec plusieurs fratries. Il fonda aussi la première société de musique, une société de secours mutuels en 1895 et sans doute un groupe de la Libre Pensée. En 1888 déjà, le village comptait 18 personnes « sans confession », chose rare dans un canton très catholique. Par la suite, Charvoz entretint une importante correspondance avec Gustave Brocher*, qui séjourna chez lui à plusieurs reprises.

Il fut aussi l’un des créateurs en 1908 de l’école libre de Bagnes. « L'éducation religieuse ne tendait à rien de moins, pour lui comme pour Elisée Reclus, qu'à former des centres routiniers et même réactionnaires dans lesquels s'organise, par des redites imbéciles et même par un enseignement pervers, une armée ou du moins une cohue déjà hostile au progrès. » Avec l’instituteur Alphonse Michaud, elle accueillit d’abord des enfants retirés du collège catholique, ainsi que des filles, au grand scandale des ecclésiastiques du lieu. Grâce au soutien de la franc-maçonnerie, cette école put subsister jusqu’en 1943.

Il fut membre du conseil exécutif de sa commune de 1909 à 1916, et député radical puis socialiste au Grand Conseil du Valais de 1925 à 1933.

 

---------------Sa bibliothèque et ses archives ont été déposées aux Archives cantonales du Valais, à Sion. Il y avait réuni notamment « toute une documentation anarchiste, formée surtout de brochures de propagande. Ses auteurs sont alors Michel Bakounine, Sé́bastien Faure, Jean Grave, Pierre Kropotkine (17 titres), André́ Lorulot, Elisée Reclus (7 titres). Dans cette documentation, il faut relever quelques titres anonymes suggestifs : Chansonnier de la Révolution (Genève, 1902), L'Anarchie, Dialogue entre un anarchiste et un autoritaire, Entre paysans, L'Esprit de révolte, Évolution et révolution, La morale anarchiste, etc. ».

ŒUVRE : « L’anarchie en Valais : la vallée de Bagne et les idées nouvelles », Gazette du Valais 1892 — La pensée libre dans l'évolution des peuples, Lugano, Coenobium 1917 — L'école libre du Valais : conférence faite à Vevey le 21 nov. 1908, Martigny, 1909 — La femme : son évolution sociale dans l'humanité, 1910 — La vie du Dr Romeo Manzoni, Lausanne, Libre Pensée, 1912 — Le socialisme : (l'idéal socialiste) : conférence aux socialistes du Valais, Lausanne 192 8 — Cinquantenaire de la première société de secours mutuels de Bagnes : 1897-1947, Martigny, 1947 — Plusieurs autres articles, recueils de poèmes, etc.

Traductions de Romeo Manzoni, sous son nom ou celui de Julius Vindex : Le prêtre dans l’histoire de l’humanité, Genève, 1901 ; Histoire naturelle de l’homme, Genève, Paris, 1902 ; Essais de philosophie positive, Paris, Lausanne, 1908 ; La physiologie des bombes, Ms., 25 p.


FONTI:

ME // APPo, Etat signalétique confidentiel des anarchistes étrangers non expulsés résidant hors de France, décembre 1894 — Archives de l'État du Valais, fonds Charvoz Maurice — IISG, Max Nettlau Papers wikivalais. ch — La Révolte, 2 septembre 1893 — Sandra Delarzes-May, « L'école libre de Bagnes 1900-1943 », in Cahiers AEHMO, 16, 2000 — Sandra Delarzes-May, L'école libre de Bagnes 1900-1943, Verbier, 2011 — A. Donnet, « Catalogue des papiers de Maurice Charvoz », in Annales valaisannes, 1977, 161-192 — Anne Troillet-Boven, « L’école libre de Bagnes, propos et souvenirs », in Annales valaisannes, 1968 / Réveil anarchiste 30.5.1908, art. di Wintsch /




CRONOLOGIA: