Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 19/09/2020 - 21:05

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

COMBARD Ferdinand (Brunot)

Condannato il 5 giugno 1888 dal consiglio di guerra a Blida a 8 anni di lavori forzati (vie di fatto su un superiore e violazione  ???), evade il 16 novembre e si rifugia a Tazrout.
Si faceva chiamare Brunot e risiede  Ginevra GE nel 1889, in corrispondenza con Léonce Cotinaud in Algeria. Disertore aveva raggiunto la Francia con un libretto militare fornito da Cotinaud. In una sua lettera allo stesso del gennaio 1894 racconta di aver incontrato Antoine Perrare a Ginevra con altri compagni - tra cui Lemoine, Labille e Tracol - impegnandosi a restituire a Cotinaud il libretto militare e si lamenta della sorveglianza a cui i disertori sono oggetto a  Ginevra.
In seguito ad una zuffa viene espulso dalla Svizzera il 12 aprile 1891, e parte per il Belgio, dove - sembra- si trova sempre nel 1894.


Ferdinand Combard, qui se serait avant fait appeler Brunot se trouvait à Genève en 1889, d’où il entretenait une correspondance avec Léonce Cotinaud en Algérie. Il avait déserté et avait gagné la France, depuis Orléansville, avec un livret militaire que lui avait fourni Cotinaud. Dans une lettre saisie chez Cotinaud en janvier 1894, il racontait avoir rencontré Antoine Perrare à Genève ainsi que divers compagnons – dont Lemoine, Labille et Tracol – qui donnaient le bonjour à P. Régnier à Tenes (Algérie), s’engageait à renvoyer à Cotinaud le livret militaire, et se plaignait de la surveillance dont les déserteurs étaient l’objet à Genève

Ferdinand Combard avait été condamné le 5 juin 1888 par un conseil de guerre à Blida, à 8 ans de travaux forcés pour « voies de faits sur un supérieur et bris de clôtures ». Le 16 novembre suivant il s’était évadé et s’était réfugié à Tazrout à la ferme de P. Régnier où Cotinaud lui avait fourni son livret militaire, livret qu’il renvoya à ce dernier en mai 1889.

Suite à une bagarre, Combard fut expulsé de Suisse le 12 avril 1891, et serait alors parti en Belgique où, semble-t-il, il se trouvait toujours à l'été 1894.


FONTI:
GB //  DIMA (Arc. Nat. BB 186450 (correspondance saisie en janvier 1894 chez Cotinaud) //