Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 11/12/2019 - 14:56

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

BROUSSE Marie- Louis- Paul

 Medico, professore di medicina.



Médecin







Montpellier 23.1.1844 da Victor-Léon (prof. di medicina) – Neuilly-sur-Marne 1.4.1912.

"... era allora un giovane dottore dal cervello sempre in attività, rumoroso, sempre in moto, allegro, alle estreme conseguenze; potente nelle sue critiche dello Stato e dell'organizzazione statale, trovava il tempo di redigere due giornali, uno in francese e l'altro in tedesco, di scrivere dozzine di lettere voluminose, di essere l'anima di una riunione serale di operai; sempre pronto ad organizzare altri compagni, con la sua intelligenza da vero meridionale." (Kropotkin, "Memorie di un rivoluzionario").

Dopo gli studi di medicina a Montpellier, Paul Brousse in quanto internazionalista si rifugia a Barcellona nella primavera 1871, e nel dicembre 1872 costituisce con Alerini e l'operaio setaiolo lionese Camille Camet (giunto da Zurigo) un comitato di propaganda e d'azione, poi la rivista La Solidarité révolutionnaire (10 numeri, 10.6. - 1.9.1873), poi interrotta, perché Brousse si stabilisce in Svizzera, a Berna, mentre Camet in Francia (poi arrestato).
A Berna diventa assistente al laboratorio di chimica dell'UNI.
È membro dell'AIL e partecipa al Congresso di Ginevra del settembre 1873 come delegato della Federazione regionale spagnola. In seguito si impegna nella FG, collaborando al Bulletin de la Fédération jurassienne, con James Guillaume. Nel 1874 fonda a Berna il Circolo di studi sociali (con lavoratori francesi, tedeschi e studenti russi).; su l'Almanach du Travailleur (FG – Bulletin) inaugura la serie trattando una conferenza sull'Internazionale a Berna. Sempre presente ai congressi della Federazione del Giura, per es. è delegato dalla Sezione di Berna con Charles Küpfer a quello del 31.7.75 a Vevey /VD. Lunedì 3 luglio 1876 dà l'ultimo saluto sulla tomba di Bakunin con Schwithguébel, Zukovskij, Guillaume, Reclus, Salvioni, Betsien.
Fondatore con due tedeschi, il tipografo Emile Werner e l'ingegnere Otto Rinke, dell' Arbeiter-Zeitung di Berna (15.7.1876 – ottobre 1877), nel quale scrive articoli tradotti dalla sua compagna, la studentessa russa Nathalie Landsberg, che finanziava anche il giornale.
Delegato della Sezione di lingua francese di Berna al Congresso della FG del 6-7.1876 (?) a La Chaux-de-Fonds /NE. Il 2.9.1876 in occasione dell'anniversario di Sedan, è oratore di un raduno convocato dal Sozialistische Verein di Berna (sezione della FG). Delegato all'Ottavo Congresso dell'Internazionale a Berna del 26-29.10.76 (con Pindy) quale delegato di Sezioni francesi e con Guillaume, Spichiger della FG. Collabora a un almanacco La Commune, pubblicato dalla tipografia Rabotnik di Ginevra a fine 1876.
Il 18.3.1877 partecipa a una manifestazione a Berna in ricordo della Comune, che termina con un conflitto con la polizia e viene arrestato: condannato il 17 agosto 1877 a 30 giorni di detenzione e, in quanto straniero bandito dal canton Berna per 3 anni (ma riuscirà poi a continuare gli studi a Zurigo...).
Brousse è nel comitato redattore de L'Avant-Garde di Berna/La Chaux-de-Fonds con A. Schwitzguèbel, Gustave Jeanneret (speditore), Spichiger (amministratore) , Georges Rossel -  organo de la Fédération française de l'Association des Travailleurs e quindi rivolto alla Francia dove entrava clandestinamente. Tra i promotori del Congresso delle Federazioni francesi (12 sezioni) del 19-20 agosto 1877 accanto ad altri profughi: Alerin, Dumartheray, Montels. Da gennaio 1878 L'Avant-Garde può uscire alla luce del sole e riceverà abbonati anche dalla Svizzera (dopo la morte de il Bulletin per qualche mese diventa anche l'organo della Federazione  del Giura - 40 numeri dal 2 giugno 1877 al 2 dicembre 1878). In questa rivista non mancherà l'apporto anche di Kropotkin, Pindy, di Jules Lötsch quale propagandista dello stesso.
Presente al Congresso della FG a St. Imier /BE del 4-5-6.8.1877.  Delegato dalle Federazioni francesi (con Montels) ai congressi internazionali di Verviers (AIL) e Gand (socialista) del settembre 1877. Ma poco dopo L'Avant-Garde verrà soppresso con decreto del Consiglio federale il 13.12. 1878 per aver approvato il regicidio, e Brousse, allora domiciliato a Vevey/VD viene condannato il 15.4.1879 dalla Corte di assisi federale a 2 mesi di prigione da scontare nelle carceri di Neuchâtel e a 10 anni di bando dalla Confederazione.

Si reca in Belgio, da cui viene espulso in agosto, dopo un soggiorno di 6 settimane, poi vive a Londra fino all'amnistia francese del 1880.  Rientrato in Francia si allontana dall'anarchismo per impegnarsi nel Parti Ouvrier di Guesde, poi dopo la scissione nella Fédération des travailleurs socialistes de France (“possibilistes”) che propone un socialismo - sia legislativo che municipale - decentralizzato.
Al Congresso internazionale di Londra nell'agosto 1886, insieme a Jules Guesde, voterà perfino l'esclusione degli anarchici...(???)
Medico celebre, il suo nome rimane in memoria a diversi ospedali.

 




Né à Montpellier le 23 janvier 1844, mort à Neuilly-sur-Marne le 1.4.1912.
Paul Brousse, membre de l'Internationale en 1872, refusa l'élection d'un délégué au congrès de La Haye et fut exclu de la section. Il passa en Espagne en décembre 1872, et se fixa à Barcelone où, avec Alerini et Camet, il forma, au printemps de 1873, un comité de propagande révolutionnaire socialiste de la France méridionale et rédigea la Solidarité révolutionnaire, feuille anarchiste introduite clandestinement en France.

En août 1873, avec Alerini, Brousse quitta Barcelone et prit contact avec les membres du groupe de la Croix-Rousse, à Lyon. Il passa en Suisse le 31 août, en compagnie de Boriasse. Au 6e congrès de l'AIT, tenu à Genève du 1er au 6 septembre 1873, il représenta une section française et la Fédération régionale espagnole. Il s'y prononça en faveur de l'anarchisme: «c'est l'abolition du régime gouvernemental, c'est l'avènement du régime des contrats passés entre les travailleurs, entre les communes, entre les corporations». Il s'opposa à toute organisation centrale: «Vous voulez abattre l'édifice autoritaire, l'anarchie est votre programme, et vous paraissez reculer devant les conséquences de votre œuvre? N'hésitez pas. Vous avez donné un coup de hache, une portion de l'édifice est tombée. Donnez-en un second, un troisième, et que l'édifice s'écroule.» Après le congrès, Brousse se rendit à Berne, en compagnie de Farga, Viñas, Alerini et Pindy, pour y rencontrer Bakounine. Grâce aux relations de son père, il trouva une place d'assistant au laboratoire de chimie de l'Université de Berne. Il y fit la connaissance de Nathalie Landsberg, étudiante russe, née à Kischinev en 1847, qui devint sa compagne.

 

Brousse joua un rôle de premier plan dans la Fédération jurassienne; il participa à tous ses congrès, prit la parole à de très nombreux meetings, collabora à son Bulletin et organisa une petite section de l'AIT à Berne. Une autre section, de langue allemande, y publia l'Arbeiter Zeitung (15 juillet 1876-13 octobre 1877) à la rédaction de laquelle Brousse collabora (on traduisait ses articles) et qui fut en bonne partie financée par Nathalie Landsberg.

 

Lors d'une réunion intime à La Chaux-de-Fonds, en février 1877, il fit décider, contre l'avis de J. Guillaume, l'organisation d'une manifestation de rue à Berne pour le 18 mars. C'est à cette occasion qu'il écrivit la célèbre chanson Le Drapeau rouge. Le 18 mars, des membres de la Fédération jurassienne formèrent un cortège, drapeau rouge en tête, qui fut attaqué par la police et certains éléments de la population. Venus avec l'intention de se défendre, les manifestants ripostèrent vigoureusement. Plusieurs d'entre eux furent traduits devant le tribunal, et Brousse fut condamné à trente jours de prison, qu'il purgea au mois d'octobre, et de trois ans de bannissement du canton de Berne.

 

Le 8 janvier 1877, Brousse était entré clandestinement en France. Il réorganisa une Fédération française de l'AIT qui eut une existence plus fictive que réelle, malgré le congrès qu'elle tint à La Chaux-de-Fonds en août 1877. L'Avant-Garde (2 juin 1877-2 décembre 1878), qui fut son organe jusqu'en avril 1878, était rédigée par Kropotkine et Brousse. Celui-ci représenta cette fédération au congrès de l'AIT à Verviers (6-8 septembre 1877) et au congrès socialiste universel de Gand (9-15 septembre 1877). À Verviers, il forma avec Costa l'aile extrémiste des anarchistes; il s'opposait de plus en plus à Guillaume qui lui trouvait un air «débraillé», «casseur d'assiettes» déplaisant. À l'occasion des élections d'octobre 1877, il rédigea deux manifestes de la Fédération française qui appelaient à l'abstention et furent affichés clandestinement. La presse antirépublicaine les cita abondamment pour démontrer la permanence du «péril rouge».

 

Après avoir purgé son mois de prison, Brousse passa quelques semaines chez Pindy, à La Chaux-de-Fonds, puis il obtint la permission de terminer l'année académique à Berne.
Au congrès de la Fédération jurassienne à Fribourg, en août 1878, il se prononça pour la participation aux élections municipales quand il y avait des chances de provoquer ainsi un conflit avec l'État ; il défendit également l'idée d'une candidature de Blanqui aux élections législatives. Il résida ensuite à Zurich, puis à Vevey. Son approbation du régicide dans l'Avant-Garde amena le gouvernement suisse à suspendre le journal le 10 décembre 1878 et à faire arrêter son rédacteur. Remis en liberté provisoire le 13 janvier 1879, Brousse fut traduit devant les assises fédérales, à Neuchâtel, les 15 et 16 avril 1879. Il fut condamné à deux mois de prison, dix ans de bannissement, 200 f d'amende et aux frais, pour excitation au régicide. Conduit à la frontière française, le 17 juin 1879, il alla à Bruxelles, puis fut expulsé et gagna Londres. Avant de quitter la Suisse, il avait collaboré à la préparation du Révolté et c'est lui qui écrivit le premier article «Nous sommes des révoltés» (22 février 1879).

 

Depuis sa condamnation, Brousse en était venu à mettre en doute la justesse de la politique anarchiste. Devant l'effritement progressif de la Fédération jurassienne, il estimait qu'il fallait se rapprocher des différentes courants socialistes pour les unir dans un seul grand parti avec comme programme la collectivisation des moyens de production et la conquête des communes. Rentré en France en juillet 1880, Brousse se fixa à Paris. En septembre, il alla soutenir sa thèse devant la faculté de médecine de Montpellier.

 

Brousse milita dans les groupements parisiens du Parti ouvrier constitué au congrès de Marseille de 1879. Il contribua ensuite à la scission qui forma la Fédération des travailleurs socialistes de France ou « possibilistes » et se consacra à l’action électorale.


FONTI:

GB / ME / Guillaume / P. Kropotkin, "Memorie di un rivoluzionario", Feltrinelli / DBMOF / DSS / Maitron, "Le mouvement anarchiste en France" / Decisione della Corte di assisi federale del 15.4.1879, Feuille Féd. suisse del 3.5.1879 / Journal de Genève, 16.4.1879 / Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français




CRONOLOGIA: