Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 18/09/2020 - 10:23

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

MATTHEY (ARNOULD) Jeanne, dite Jenny

insegnante



institutrice



Ginevra GE 12.4.1830 da Abraham Henri e Julie Dubois (orologiai) - Parigi 1886

Abitava a Parigi nel 1867 quando sposò il giornalista Athur Arnould* l'8 ottobre. I loro testimoni erano 4 giornalisti: Arthur Ranc, Jules Vallès, Jules Claretie e Henry Maret.
Dopo la disfatta della Comune, raggiunge il marito a Ginevra, probabilmente nell'autunno 1871. Viveva con loro anche la madre di Arnould. Per sbarcare il lunario vendeva del pollame al mercato.
Trascorse un anno a Buenos Aires con il marito, poi abitò a Pazzallo TI - la medesima casa dove aveva abitato E. Reclus -  dove cucinava pure per Bakunin. In seguito eccola nuovamente a Ginevra e dopo l'amnistia rientra con il marito a Parigi.


Née à Genève le 12 avril 1830, d'Abraham Henri et de Julie Dubois, tous deux horlogers, morte à Paris en 1886.
Jeanne Matthey habitait Paris en 1867 quand elle épousa le journaliste Arthur Arnould (voir ce nom). de trois ans son cadet, le 8 octobre, à la mairie du 11e arr. Leurs témoins étaient quatre journalistes, Arthur Ranc, Jules Vallès, Jules Claretie et Henry Maret.
Après l’écrasement de la Commune, elle rejoignit son mari à Genève, sans doute en automne 1871, où elle se montra « courageuse et dévouée ». La mère d’Arnould vivait avec eux et apportait une petite pension qui ne suffisait pas aux besoins communs. Jenny se mit alors à vendre de la volaille au marché (que des parents expédiaient de Bourg-en-Bresse, selon Lucien Descaves), se levant avant le jour. Selon le rapport d’un indicateur, « on l’eût adorée à genoux pour son brave cœur, et il n’est pas un des réfugiés qui ne professe pour Mme Arnould la plus respectueuse admiration ».
Elle passa près d’un an à Buenos Aires avec son mari, habita Lugano (où elle cuisinait souvent pour Bakounine), Genève à nouveau, puis rentra avec lui après l’amnistie à Paris, où elle mourut en 1886.


FONTI:

ME - GB // Arch. Préfecture de police Paris, BA 936, citées sur le blog de Michèle Audin, macommunedeparis.com — Arthur Arnould, « Michel Bakounine », La Nouvelle Revue, 1er août 1891. — Jules Vallès, Le Proscrit, correspondance avec Arthur Arnould, EFR 1950. — Lucien Descaves, Philémon…, op. cit.




CRONOLOGIA: