Cantiere biografico
degli Anarchici IN Svizzera








ultimo aggiornamento: 16/06/2019 - 11:43

FILTRI:  Solo Donne  Solo di passaggio  Solo collaboratori dall'estero  Solo non anarchici  Solo non identificati  ultime modifiche 
Cantoni:
 AI AR AG BL BS BE FR GE JU GL GR LU NE
 NW OW SG SH SO SZ TI TG UR VS VD ZG ZH
inverti selezione cantoni     vedi sigle

AI Appenzello interno
AR Appenzello esterno
AG Argovia
BL Basilea campagna
BS Basilea città
BE Berna (anche città - capitale)
FR Friborgo (anche città)
GE Ginevra (anche città)
JU Giura
GL Glarona
GR Grigioni
LU Lucerna (anche città)
NE Neuchâtel (anche città)
NW Nidwaldo
OW Obwaldo
SG San Gallo (anche città)
SH Sciaffusa (anche città)
SO Soletta (anche città)
SZ Svitto (anche città)
TI Ticino
TG Turgovia
UR Uri
VS Vallese
VD Vaud
ZG Zugo (anche città)
ZH Zurigo (anche città)
    A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z tutto       Crea un PDF 

RENAUD Jean, CĂ©lestin Cointot
Mécanicien

Né à Lons Le Saunier (Jura) le 27 novembre 1841 – mort à Marseille le 20 janvier 1904.

Ancien militaire, Jean Renaud, qui vivait en concubinage avec une femme dont il eur trois enfants, devint un militant anarchiste très actif à Lyon où ul résidait et était membre de la Fédération révolutionnaire de la région Est. Il donnait à son domicile des leçons d’escrime à ses compagnons. Il avait été condamné le 7 novembre 1867 à 18 jours de prison par le tribunal correctionnel de Lons Le Saunier pour « rébellion et coups et blessures ».

Le 22 octobre 1882, lors d’une réunion qu’il présidait à Lyon, il annonça que "la dynamite se ferait entendre dans la soirée", annonçant ainsi l’attentat de Bellecour commis quelques heures plus tard. Le lendemain au soir il quittait Lyon pour Genève. Le 19 novembre 1882, un mandat d’arrêt était délivré contre lui par le juge d’instruction de Lyon sous l’inculpation « d’affiliation à une Association internationale des travailleurs » et il était condamné par défaut le 6 décembre à 2 ans de prison et 3.000fr d’amende. Impliqué l’année suivante dans le procès dit des 66 à Lyon comme prévenu de la seconde catégorie (voir Toussaint Bordat), il y fut condamné par défaut le 19 janvier 1883 à 5 ans de prison, 2.000f d’amende et 5 ans de privation des droits civils.
Il continua à militer à Marseille et à Bessèges. Selon la police Renaud était "très intelligent et agitateur dangereux au tempérament très exalté, s’occupant de politique révolutionnaire ainsi qye de mouvements grévistes qu’il cherche à déterminer dans les localités où il passe et où il répand le journal communiste anarchiste Le Révolté".


FONTI: ME / DIMA, Maitron


CRONOLOGIA: